Guide

Cette fois vous êtes décidé et préparez à l’éventualité de faire un premier saut en wingsuit mais de nombreuses questions vous viennent à l’esprit. Ce petit guide est fait pour vous.

Bingo sites http://gbetting.co.uk/bingo with sign up bonuses

1. Buller

Il est très utile de savoir remonter de quelques mètres lorsque l'on perd accidentellement le niveau avec une formation ou simplement en préparant une acrobatie entraînant une perte d'altitude. Faire ceci est assez simple. En position de vol normale, commencez par tendre les jambes et donnez un puissant coup de pieds. Décambrez au niveau des hanches et appuyez légèrement sur les bras. Vos jambes dévient le vent relatif ce qui créer de la portance, un peu comme on flare sous voile. Ce mouvement procure aussi une légère accélération. À la fin du mouvement, vous pouvez arrêter l'accélération en enfonçant légèrement les genoux ou en inclinant vos ailes de bras ( comme des aérofreins ). Mais attention ! Si vous le faites de façon trop prononcée ou bien trop longtemps, le résultat sera un décrochage. A contrario si vous le faites correctement, vous gagnerez 2 à 3 mètres d'altitude.

2. Les tonneaux

Le tonneau est l'une des premières figures à apprendre. Bien faite, elle a l'air simple à réaliser, pourtant beaucoup de monde a du mal à la faire sans perdre d'altitude. Première étape pour faire un bon tonneau, chercher un repère. Choisir un nuage ou un repère au sol. Garder cette « cible » à vue et s'assurer de voler dans la même direction après la figure. Ensuite, imaginez rouler au sol dans votre salon séjour. Tout d'abord, fermez une de vos ailes de bras et appuyer légèrement sur l'autre pour rouler sur le dos... Quand le tonneau est lancé, fermez l'autre aile pour, en quelque sorte, vous enrouler sur vous-même dans vos ailes ( comme une chauve-souris). LA chose importante ici : vous devez également fermer votre aile de jambe ! Surtout souvenez-vous en ! Ne pas fermer les jambes pourrait entraîner un virage à 180°.... Vous avez donc toutes vos ailes fermées, et vous tournez. À ce moment, vous devez être raide comme une planche, la tête en direction du vol. Assurez-vous de ne pas cambrer.... Un tonneau c'est bien, vous pouvez aussi choisir d'en faire un double, voire un triple.... En sortant du tonneau, ouvrez vos ailes de bras et de jambes .

3. Les loops avants

Tout comme le tonneau, le loop est une figure assez simple. Son exécution est quasiment identique à un loop en chute normale, le but sera d'essayer de perdre le moins d'altitude possible... Pour éviter cette perte d'altitude, bullez légèrement (comme vu au chapitre 1) avant de lancer le loop. Ensuite, allez planter votre menton dans votre buste et appuyez-vous sur les jambes pour basculer. Ça commence donc à tourner , là les choses sérieuses commencent... En sortant du loop, il faut descendre les jambes avec beaucoup de force et les ramener à leur place initiale. Si vous ne faîtes pas ça, vous allez finir assis avec l'aile de jambes empêchant de revenir à plat. Bien sûr, en revenant à plat ré-ouvrez vos ailes de bras... Félicitations, vous venez de passer votre premier loop avant :-)

4. Le vol dos

Selon votre wingsuit et votre niveau, le vol dos pourra être la chose. La plus facile ou la plus dure que vous ayez apprise ! Certaines combinaisons ont un vol dos plus facile que les autres. Des écopes de dos vont vous rendre la vie bien plus facile, mais TOUTES les combinaisons volent sur le dos avec un peu de travail.. 2 choses à maîtriser : la transition et le vol dos Même si c'est plus facile d'apprendre à voler sur le dos en sortant de l'avion de dos, cela reste important de travailler la transition. Lancez un tonneau et arrêtez-le à mi-chemin. Une fois la transition de base maîtrisée, vous pouvez essayer d'être plus agressif. Le but est bien sûr de voler toutes ailes ouvertes, mais en phase d'apprentissage, c'est plus facile de voler avec l'aile de jambes à moitié fermée. Si vous essayez avec l'aile ouverte, cela pourrait résulter en une transition tête en bas. Une fois stable, travaillez cette ouverture d'aile de jambes en contrant la pression qu'elle créé en mettant la tête en arrière et en cambrant légèrement le dos. Vos bras doivent se trouver au niveau des épaules et pas en-dessous. Pour revenir sur le ventre, roulez-vous comme sur un lit en fermant une des ailes de bras.

5. Le grip

Si les 2 pilotes essayent de se gripper, ils vont tendre à sur-corriger et glisser l'un par rapport à l'autre, rendant le grip impossible. Comme dans toutes les disciplines, il ne doit y avoir qu'une personne faisant le grip pendant que le second vole en tant que base solide et gère le plan de vol car on peut très facilement se faire avoir et perdre la notion de navigation. Souvenez-vous que chaque mouvement de bras modifiera la forme de l'aile, essayer de gripper sans être à la bonne place vous fera bouger au-dessus, au-dessous ou loin de la base. Le plus important donc, on se place, et on grippe, même si le grip n'est qu' à 10-20 cm rapprochez-vous ! Vous êtes alors tout près de gripper et de voler tout souriant au sunset quand soudain, tous les 2 partez en même temps dans une série de tonneaux involontaires... L'approche doit se faire aussi fluide et contrôlée que possible pour éviter de provoquer la fermeture de vos ailes et de celles de la base. Mettez aussi une légère tension sur le bras au moment du grip pour éviter que l'aile ne se ferme. Une fois grippé, essayez de voler comme une seule et même personne. Si l'un oscille un peu, relâchez-vous et bouger avec lui avec un peu de tension quand c'est possible. Une fois le grip fait, c'est un bon exercice d'échanger les places et devenir base, il y a une tonne de variations à faire, comme combiner grip et transitions, alors variez les plaisirs, plus c'est fun, plus on apprend ! ;-)

6. La vitesse horizontale : freiner

On peut parfois avoir du mal avec en formations, vous accélérez vers la formation, parfaitement au niveau et là, en freinant pour s'ajuster à la vitesse de la formation, vous passez en-dessous tout en perdant de la vitesse... Il y a une solution qui consisterait à accélérer la formation mais on finirait par devoir toujours aller plus vite alors qu'en tant que super skygod, la vitesse de la formation ne devrait pas vous poser problème pour atteindre votre créneau. 4 méthodes simples pour ralentir : Relever les jambes Relever le buste comme une mouette Recourber vos ailes de bras Descendre les avant-jambes Ces 2 méthodes sont à privilégier car maîtrisées, elles ne vous feront quasiment pas perdre d'altitude. Ces 2 méthodes sont efficaces à court terme, très utiles pour un puissant arrêt ou flare, mais entraînent de la traînée pouvant provoquer un décrochage si trop prononcées. Tout est affaire de sensations !

7. La vitesse horizontale : accélérer

On ne parlera pas ici d’aérodynamique pour décrire le fonctionnement d'une wingsuit, mais plutôt donner de simples descriptions pour vous aider à ressentir la chose. Imaginez être allongé sur un coussin d'air. Ce coussin est comme une balle sur laquelle vous êtes en équilibre. En vous grandissant au maximum, vous pouvez capter un maximum d'air en-dessous de vous. La position idéale serait d'être complètement plat et légèrement courbé à l'arrière comme le profil d'une aile d'avion. Vous ne gagnerez rien à complètement décambrer, vous allez juste casser le profil et créer de la traînée. Il vous faut offrir au vent relatif la plus petite surface possible, en principe tout votre corps devrait être caché par votre tête et vos bras. Vous êtes dans cette position et vous n'arrivez toujours pas à rejoindre la formation ? C'est sûrement dû à un seul paramètre qui a encore plus d'effet sur vos performances que tout ce que l'on vient de dire : L' angle d'attaque ! En volant à plat, l'air exerce une force verticale à 100% ( Portance = longue chute ) mais très peu de vitesse horizontale. On peut même pousser jusqu'à une position tête en haut et arrêter de voler comme une voile pilotée freins à fond jusqu'au décrochage. En mettant un peu d'angle, comme un hélicoptère baisse le nez pour avancer, une partie de l'air qui vous porte vous fait avancer. Même si vous avez l'impression de plonger et de descendre, il y a en fait plus d'air passant au-dessus de vos ailes ce qui génère de la portance et donc biensouvent un meilleur taux de chute ! C'est très utile pour rattraper une formation, ou pour le break. Attention de ne pas mettre trop d'angle sans quoi vous plongeriez rapidement. Il n'y a pas de meilleur angle, il dépend de chacun, faîtes donc quelques essais afin de trouver « votre » angle

8. La perte de contrôle

Beaucoup de débutants redoutent de perdre contrôle et d'être pris dans une autorotation incontrôlable. Lorsque les ailes de bras sont fermées et l'aile de jambes ouverte, le corps prend la forme d'une hélice. Combinez à cela une dissymétrie ou une légère rotation et vous obtenez une violente réaction ! Les principales causes d'autorotation sont les sorties ( de groupe) instables, les collisions avec d'autres pilotes, les passages dans la dépression d'un pilote, le démarrage d'une figure avec l'aile de jambe ouverte et l'apprentissage de nouvelles manoeuvres. Dans une rotation, le moteur c'est l'aile de jambes. Pour stabiliser, vous aurez besoin de vos ailes de bras pour compenser la pression. NE LIBEREZ JAMAIS LES AILES DE BRAS ! Vous supprimeriez votre meilleure arme ! La violence et la vitesse de la rotation peut vous prendre par surprise mais pas de panique ! C'est pas si grave que ça en a l'air, s'inquiéter donne des cheveux blancs donc détendez-vous et dites-vous bien que vous pouvez vous en sortir très rapidement en quelques étapes simples. 1. Cambrer : comme en chute normale, cambrer vous ramènera très vite face au sol, si cela ne marche pas, 2. Boule : Attrapez vos chevilles, en faisant ça toutes vos ailes seront fermées donc la rotation finira par s'arrêter vous pourrez alors repasser sur le ventre et ouvrir ou continuer le vol ( selon l'altitude), si cela ne marche pas, 3. TIREZ!!! : vous aurez à le faire dans tous les cas alors autant le faire le plus haut possible plutôt que d'essayer de récupérer pour finir par tirer sur le dos ou trop bas l'ouverture risque bien de ne pas être terrible mais au moins vous aurez plus de temps pour réagir. Avant de sauter avec de grandes wingsuits, soyez sûr de maîtriser tous les aspects du vol car plus c'est grand, plus c'est violent ! Enfin, pendant une autorotation on perd beaucoup d'altitude, une fois stable vous risquez d'être loin de la DZ alors pensez à tirer haut si tel est le cas, poser sur le terrain est une priorité.

9. Sorties rapides

Les sorties rapides sont l'un des trucs les plus cools à faire en wingsuit, sortir d'un avion à 90 noeuds ou plus et en fait gagner de l'altitude ! Selon la vitesse et la technique, on peut gagner jusqu'à 150 mètres d'altitude. Notez que ça n'est possible que sur des avions tranche arrière sans quoi vous pourriez impacter la queue de l'avion ou l'avion lui-même. À une telle vitesse, il est important que vous sortiez en position en position replié ailes fermées. Certains pilotes ont déjà eu leurs coutures ou leur ailes arrachées alors soyez prudents ! Bien évidemment, une telle vitesse amplifie toute rotation ou perte de contrôle donc ne faîtes de telles sorties qu'avec une wingsuit que vous connaissez et à une altitude suffisante. Sautez dans le vent relatif bras relâchés, légèrement cambré, pieds dans le dos. Ce sont vos jambes qui iront les premières dans le vent relatif donc si vous ne pliez pas les jambes vous serez soufflé et partirez en plongeon. Dès que vous sentez le vent sur votre visage, ouvrez toutes vos ailes en prenant un angle d'attaque à 45° par rapport à l'avion. En maintenant cette position vous remonterez rapidement. Une fois cette sortie maîtrisée, le ciel est la limite ! Encore une fois il existe plein de variations possibles alors faîtes-vous plaisir, tentez des tonneaux, des virages engagés voire même du vol dos :-)